Son frère.

« La mort est ce qu’il y a de plus probable, de plus inévitable et c’est cependant la chose la moins facile à recevoir , à admettre. »

IMG_2651.JPG

Auteur : Philippe Besson.

Editions Pocket.

Date de parution : 08/01/2004

152 Pages.

Prix : 6,60 €

Résumé :

Ils s’appellent Thomas et Lucas et ils sont frères. L’un va mourir, l’autre va l’accompagner. Ils iront se réfugier dans la maison d’enfance, la maison blanche de l’île de Ré. Non pour attendre la mort, mais pour vivre intensément chacune des heures qui leur est donnée. Une histoire d’amour entre deux êtres que la vie avait séparés. 

Mon avis :

Dans ce roman, Philippe Besson aborde plusieurs thèmes indispensables à la vie. Il aborde l’amour fraternel, l’amitié, la vie, mais aussi la maladie, la dégradation du corps, la perte totale de contrôle de sa vie et surtout la mort. Des sujets qui sont, séparément, d’une complexité incroyable ou bien d’une beauté déconcertante. J’ai toujours été très admirative et subjuguée par les auteurs capables d’aborder l’amour fraternel. Je trouve que c’est un amour pur et inébranlable. Et c’est probablement ce que j’ai le plus aimé dans ce livre. L’amour indéfectible que Lucas porte à son petit frère, Thomas. Et inversement. Malgré les épreuves, malgré l’irréversibilité de la maladie, Lucas a tenu la main de son petit frère et ce, jusqu’au bout. J’ai adoré le personnage de Lucas. Je suis admirative de son courage, de sa force, physique mais surtout mentale. Philippe Besson a donné, à son personnage, une force de caractère que peu de gens peuvent se vanter d’avoir.

Puis Thomas. Thomas, qui dans la perte de sa dignité, de son libre-arbrite, de son autonomie, de son corps mais surtout de sa vie, garde les pieds sur terre afin de prendre la décision la plus dure de sa vie. Malgré un entourage qui l’abandonnent, Thomas peut compter sur Lucas. Parce que Lucas est son frère. Parce que Philippe Besson écrit « son frère ».

Dans cette chronique, je tiens à saluer le travail remarquable que Philippe Besson réalise dans la création de ses personnages. Ils sont parfaits. Pas parfait comme on pourrait en être lassé. Non. Parfait avec leurs défauts mais aussi leurs qualités. Parfait avec leurs passés, leurs histoires de vies. Les personnages de Philippe Besson sont comme vous et moi. De simples humains affrontant la vie aussi belle et aussi cruelle puisse-t-elle être.

Outre cela, celui ci a la beauté du détail. De belles descriptions nécessaires au placement de l’intrigue qui aspire certaines longueurs qui n’en sont pas pour autant aussi étouffantes qu’on pourrait le craindre. Des révélations que l’ont envisagés pas, ne pensant pas les trouver là mais qui, pour autant, offre une touche de piment à l’histoire. 

Pour un premier roman lu de Philippe Besson, je reste sur une très belle découverte, et souhaite en découvrir davantage au plus vite. Ma curiosité pour cet auteur n’a pas de limite et n’en aura sûrement pas. 

2 commentaires sur « Son frère. »

    1. Je suis vraiment très contente d’avoir pu te donner envie de le lire. Il est vraiment beau ce livre. Et c’est assez prometteur de ce que peut faire l’auteur.

      J'aime

Répondre à loeildem Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s