Le bal des folles.

« Libres ou enfermées, en fin de compte, les femmes n’étaient en sécurité nulle part. Depuis toujours, elles étaient les premières concernées par des décisions qu’on prenait sans leur accord. »

Auteur : Victoria Mas

Editions Albin Michel.

Date de parution : 21 Aout 2019.

256 Pages

Prix : 18,90 €

Résumé :

Chaque année, à la mi-carême, se tient, à la Salpêtrière, le très mondain Bal des folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Cette scène joyeuse cache une réalité sordide : ce bal « costumé et dansant » n’est rien d’autre qu’une des dernières expérimentations de Charcot, adepte de l’exposition des fous.

Mon avis :

Dans ce nouveau roman de la rentrée littéraire, nous allons suivre trois femmes que tout relie, notamment la Salpêtrière. Tout d’abord, Eugénie, jeune femme de bonne famille qui dit voir des morts. Louise, une jeune adolescente atteinte de crise d’hystérie causé par un évènement marquant de son passé. Et enfin, Geneviève, l’infirmière froide qui dirige d’une main de maitre toutes ses aliénées.

En commençant ce livre, j’ai immédiatement pensé à un film que j’avais vu il y a plusieurs années. Augustine d’Alice Winocour avec Vincent Lindon. Un film que j’avais beaucoup aimé à l’époque. J’étais donc plutôt contente de retrouver l’univers des asiles des années 1800, où le professeur Charcot menait diverses expériences sur ses femmes dites « aliénées ». J’ai été directement happé par l’histoire de Victoria Mas. Elle met environ 150 pages à nous immerger dans son histoire, dans celle de ses personnages et surtout dans son univers.

Des personnages auxquels on s’attache très facilement. On se prend d’affection pour chacune de ses femmes, au destin tragique, et peu importe le degrés de folie de certaine. On ne peut que désirer un meilleur avenir pour elle. Victoria Mas construit un univers très réaliste. On se sent très rapidement immergé dans cet univers lugubre et glauque que peut-être un asile de fou. Ce qui m’a permis de visualiser parfaitement chacun passage du livre dans mon esprit. J’adore ressentir ça dans mes lectures.

Le hic, c’est que le roman ne fait que 246 pages, alors 150 pages pour dresser un tableau, ça parait beaucoup. En vérité, c’est amplement suffisant, le problème est, que les cent pages restantes sont, à mon goût, bâclé.

Dans le résumé qu’on retrouve en quatrième de couverture, on fait mention du « Bal des folles » comme d’un évènement incroyable, ou le Professeur Charcot exhibe ses spécimens. Cependant Victoria Mas ne développe pas suffisamment ce passage essentiel. Il est l’objectif à atteindre. On en attend beaucoup pour qu’au final, ce fameux bal soit évoqué en l’espace d’une quinzaine de pages. Je vous laisse imaginer ma frustration. J’aimais tout de ce livre, et cette fin écourtée me laisse sans voix.

Au final, j’ai découvert un certain potentiel dans la plume de Victoria Mas, mais j’espère une fin plus travaillée, plus construite pour ses futurs romans.

2 commentaires sur « Le bal des folles. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s