Sauf que c’étaient des enfants.

« Tout semble figé, très manichéen. Les bons d’un côté, les méchants de l’autre. Il ne reste plus qu’à trancher. Mais c’est plus compliqué qu’il n’y paraît. Ici, Dieu ne juge pas les hommes, il juge les actes. La nuance est de taille. »

Auteur : Gabrielle Tuloup.

Editions Philippe Rey

Date de parution : 2 Janvier 2020

169 Pages

Prix : 16 €

Résumé :

Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur. interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ? Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’à subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom…

Mon avis

Ici, Gabrielle Tuloup délivre une histoire de viol et de perception du viol par la société. Pour une découverte de l’autrice, je dois dire que j’ai été directement charmé par sa plume. A tel point que son précèdent roman est entré dans ma wishlist aussi rapidement.

On va suivre différents protagonistes, tout d’abord Ludovic Lusnel, directeur du collège André-Breton de Stains, qui un matin voit son monde bouleversé par l’arrivé du capitaine Marnin. Celle-ci lui annonce qu’une jeune fille de la cité voisine a déposé plainte contre huit de ses élèves. Pour le directeur d’établissement à qui il tient à cœur de mener ses élèves à un avenir florissant, c’est le monde qui s’effondre sous ses pieds. Ensuite il y a les différents intervenants de ce collège, les professeurs, la CPE, les surveillants, pour qui l’incrédulité se mêle à la stupéfaction. C’est impossible. Ce n’est pas réel. Et pourtant ça l’est. Notamment pour Fatima, la jeune fille de la cité voisine, qui a cause d’une réputation de fille facile, se voit rejeté par le monde qui l’entoure. Puis Emma, ce professeur de français, qui s’en connaitre Fatima, comprends si bien sa douleur.

Gabrielle Tuloup retranscrit avec une finesse surprenante les multiples sentiments qui suivent l’annonce d’un viol pour toutes les personnes qui gravite autour de la victime et du/des suspect(s). J’ai été happé par la puissance de ses mots, par l’association de la brutalité de l’acte et la douceur de la retranscription de l’autrice.

L’auteur choisit de donner un coup de pied dans la fourmilière, sans avoir peur de soulever un sujet délicat. Outre le viol, qui est un acte atroce. Elle axe son roman sur la perception de cet abus par l’entourage.  Son but ? Faire réagir le lecteur, sans aucun doute. On ne peut qu’être outré en lisant certains passages.

 

« Emma essaye de se rappeler qu’elle a devant elle des adolescents, elle essaye de toutes ses forces. Elle respire. Mais il y a maintenant trop de bruit pour pouvoir respirer vraiment. C’est à ce moment que Halimatou, tranquille, déclare avec une moue dégoutée :  » De toute façon, elle l’a bien cherché  » »

 

L’horreur de ces mots, c’est la banalité du viol chez les jeunes d’aujourd’hui, sous prétexte de rumeur, de réputation. On ne peut être que révolté en lisant ce genre de propos. Un viol reste un viol, qu’il soit commis par un proche, par son propre époux/compagnon ou par un inconnu. A partir du moment où une personne (homme ou femme) manifeste son désaccord, son refus, alors c’est un viol.

Chaque personne avec un minimum de bon sens, le sais. Pourtant en lisant ce livre, on se rends bien compte que malheureusement la société d’aujourd’hui n’informe pas assez. Ce sont ce genre de livre qui font changer les esprits, basculer les avis.

Gabrielle Tuloup signe un magnifique roman, puissant et pleins de finesse. Un petit bijou de 169 pages qui se dévore et pourtant, qui nécessite des pauses pour respirer, refaire surface et survivre à la dureté du sujet.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s