Un livre de martyrs américains.

« Leur foi fait d’eux des monstres… et cela aussi, ils l’acceptent. »

Auteur : Joyce Carol Oates.

Editions Philippe Rey

Date de parution : 5 Septembre 2019

864 Pages

Prix : 25 €

Résumé :

2 Novembre 1999. Luther Dunphy prend la route du Centre des femmes d’une petite ville de l’Ohio et tire sur Dr Augustus Voorhees, l’un des « médecins avorteurs » de l’hôpital.

De façon éblouissante, Joyce Carol Oates dévoile les mécanismes qui ont mené à cet acte meurtrier. Luther Dunphy est à la fois un père rongé par la culpabilité car responsable de l’accident qui a causé la mort d’une de ses filles, et un mari démuni face à la dépression de sa femme. Pour ne pas sombrer, il se raccroche à son église où il fait la rencontre décisive du professeur Wohlman, activiste anti-avortement chez qui il croit entendre la voix de Dieu. Comme un sens enfin donné à sa vie, il se sent lui aussi chargé de défendre les enfants à naître, peu importe le prix à payer.
Dans un camp comme dans l’autre, chacun est convaincu du bien-fondé de ses actions. Mené par des idéaux humanistes, Augustus Voorhees, le docteur assassiné, a consacré sa vie entière à la défense du droit des femmes à disposer de leur corps. Les morts de Luther et d’Augustus laissent derrière eux femmes et enfants, en première ligne du virulent débat américain sur l’avortement. En particulier les filles des deux hommes, Naomi Voorhees et Dawn Dunphy, obsédées par la mémoire de leurs pères.
La puissance de ce livre réside dans l’humanité que l’auteure confère à chacun des personnages, qu’ils soient « pro-vie » ou « pro-choix ». Sans jamais prendre position, elle rend compte d’une réalité trop complexe pour reposer sur des oppositions binaires. Le lecteur est ainsi mis à l’épreuve car confronté à la question principale : entre les fœtus avortés, les médecins assassinés ou les « soldats de Dieu » condamnés à la peine capitale, qui sont les véritables martyrs américains ?
Joyce Carol Oates offre le portrait acéré et remarquable d’une société ébranlée dans ses valeurs profondes face à l’avortement, sujet d’une brûlante actualité qui déchire avec violence le peuple américain.

Mon avis

Je dois le dire, je n’ai pas réussi à aller au bout de ce livre même pas à la moitié, c’est vous dire…

Donc la chronique risque d’être très courte, très très courte. 

Joyce Carol Oates a une vraie belle plume, c’est un fait. Ce qui me gêne dans ce roman, c’est le trop plein d’informations qui tourne en rond, et surtout toutes ces références religieuses. Les gens athées comme moi, comprendront ce que je veux dire. Être assailli de propos religieux dans un livre est pesant. J’ai essayé de persévérer dans ma lecture pour dépasser cette gêne cependant au fil des jours, mon envie de retourner vers cette lecture s’est estompée. 

Jusqu’au jour où je l’ai carrément ranger dans un coin. Cependant je ne renonce pas, Joyce Carole Oates est une auteure qui m’intrigue et m’attire énormément et je sais que je me tournerais à nouveau vers ses écrits. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s