Passager 23.

« Elle se demandait parfois qui était le plus fêlé : les auteurs qui inventaient toutes ces horreurs, ou elle-même, qui payait pour lire les méfaits de tueurs à la hache et autres psychopathes, confortablement installée au bord de la piscine, jamais loin des charmants serveurs qui, selon l’heure de la journée, lui apportaient, entre deux cafés, jus de fruits ou cocktails. »

img_3264.jpg

Lire la suite de « Passager 23. »

Publicités

Possession.

« Tu pourrais presque sentir les choses-qui-poussent se faufiler entre tes doigts de pied. » 

Auteur : Paul Tremblay.

Editions Sonatine.

Date de parution : 22 mars 2018

328 Pages.

Prix : 21 €

Résumé :

La famille Barrett mène une vie ordinaire à Beverly, une banlieue tranquille de Boston, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de quatorze ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des évènements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision qui leur propose de suivre les événements en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, du jour au lendemain, elle est interrompue sans explication. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

Mon avis :

Meredith dit Merry va nous raconter l’histoire de sa vie, plus précisément de son enfance mais surtout de sa famille. Merry à 8 ans lorsque sa grande soeur, Marjorie, commence à avoir un comportement étrange, presque satanique. Leur père, John, au chômage depuis bien trop longtemps, s’engouffre dans une fascination maladive pour la religion alors quand Marjorie dit entendre des voix dans sa tête, celui-ci pense instantanément qu’elle est possédée par Satan. Entre tout ça, Sarah, la mère de famille qui se laisse sagement porter par les lubies de son mari. Alors que le comportement de Marjorie devient de plus en plus incohérent, le fanatisme de son père monte en puissance (référence plus que prononcé à Jack Nicholson dans Shining). Un flot d’évènement sur-réaliste va se produire, plongeant la famille dans l’horreur. Jusqu’à ce que tout prenne son sens.

En plus de sa couverture flippante, le premier livre de Paul Tremblay  va vous donner froid dans le dos. L’auteur a une trame à son histoire, il sait de quoi il parle et cela se ressent. Quand Paul Tremblay décide de faire dans l’horrifique, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. De nombreuses scènes incroyables pourraient vous empêcher de fermer l’oeil durant la nuit. Si tout comme moi, vous êtes férus de films d’horreur, alors vous serez servie, parce que de nombreuses références sont faites dans ce livre. Notamment avec l’Exorciste de William Friedkin dont l’auteur fait de multiples fois allusions. Mais aussi des références plus subtiles qui ont probablement inspirés l’auteur. Spécialement dans la scène de la cabane où je me suis imaginé dans un des films de Oren Peli (Paranormal activity) avec une touche de M.Night Shyamalan (Le sixième sens). On ressent aussi l’influence de Gore Verbinski dans les créations/descriptions de personnages à des instants T de l’histoire. Pour tout avouer, j’ai été totalement subjuguer par cela. J’aime qu’un auteur, qui aborde un thème ou un sujet particulier, ait fait les recherches nécessaires pour étayer ses propos. Et puis qu’on se le dise, de nos jours, la littérature horrifique est beaucoup trop méconnue.

Outre la thématique du livre, je me suis complètement laissé happé par la façon qu’a Paul Tremblay de nous faire ressentir différents émotions par rapport à ses personnages. J’ai été instantanément prise d’affection pour le personnage de Merry, tant pour la Merry enfant, que pour la Merry adulte. Sa fragilité l’a rendue touchante et tellement attachante. Et en même temps, la fillette et la jeune femme qu’elle devient reste d’une force et d’un courage sans égal. Ce personnage restera assurément gravé dans ma mémoire. J’ai été troublée par le personnage de Marjorie, complètement immergé dans les doutes que celle-ci ne cesse de me faire ressentir tout du long de ma lecture. La mère des deux filles m’a fait ressentir énormément de compassion. J’ai eu énormément d’empathie pour cette femme en plein désarrois. Et enfin, le père, John, que je n’ai pas réussi à cerner totalement, parfois fou, parfois lâche. Je reste avec un avis très mitigé quand a ce personnage, mais en même temps, je n’aurai pas désiré de le voir façonner autrement. 

J’aimerai également vous parler de la subtilité déconcertante dont Paul Tremblay a réussi à faire preuve dans son ouvrage. Ce livre d’horreur selon toute vraisemblance, se transforme avec agilité en thriller déconcertant qui vous laissera complètement désemparé à la fin de votre lecture. Mais aussi en ajoutant un sujet primordial dans notre société d’aujourd’hui, le voyeurisme. Paul Tremblay aborde ce thème notamment avec l’immersion des caméras dans la vie de la famille Barrett lors de la réalisation du Réality TV Show, forçant le lecteur à se poser de nombreuses questions sur le côté malsain de suivre des gens au quotidien sans aucun instant de répit. J’ai été a de nombreuses reprises gênée par cette immersion dans l’intimité de cette famille.

Ce qui est pour moi le clos du spectacle, reste cette fin complètement déstabilisant à laquelle on ne s’attend pas. C’est un coup de massue. Le dénouement est là, les révélations sont dites, et on pense avoir le fin mot de cette histoire incroyable. Ce fin mot qui déjà vous laisse completement perdu, complètement désemparé. Mais ce n’est pas tout, bien au contraire. L’auteur ne nous épargne pas puisque les deux pages finales du livre, offre un rebondissement auquel personne n’aurait pensé. Je peux dire sans aucune honte que je suis subjugué par le style de Paul Tremblay, que possession va rester un petit moment dans mon esprit. 

Pour finir, j’ai ressenti un besoin presque viscéral de suivre cet auteur avec une assiduité non feinte. Lorsque j’ai refermé ce livre, la première chose que j’ai faite, fut de faire quelques recherches au sujet de cet homme. A mon grand regret, « Possession » n’est que la première oeuvre de Paul Tremblay paru en France, mais il est certain que je vais suivre ses prochaines parutions. Car celle-ci est pour moi un gros coup de coeur.

Une autre histoire.

Auteur : Sarah J.Naughton.

Editions Sonatine.

Date de parution : 8 mars 2018.

416 Pages.

Prix : 21€

Résumé :

Un père violent, une mère soumise : dés qu’elle en a eu l’occasion, Mags a fui l’Angleterre. Avocate à Las Vegas, elle revient pour la première fois à Londres lorsqu’elle apprend que son frère, Abe, victime d’un accident, est dans le coma. Là, elle a la surprise de rencontrer sa petite air, Jody, dont elle ne connaissait pas l’existence. Elle est plus surprise encore quand Jody, inconsolable, lui révèle qu’il ne s’agit pas d’un accident mais d’un suicide. Mais, peu à peu, la version de Jody semble présenter d’étranges incohérences. Dit-elle toute la vérité ? Est-elle vraiment la petite amie d’Abe ou une experte en manipulation ?

Mon avis :