Le tricycle rouge.

« Chacun à sa prison, vous êtes juste trop aveugle pour avoir remarqué la vôtre. »

Lire la suite de « Le tricycle rouge. »

Publicités

Toutes blessent la dernière tue.

« Certes, lire ne m’a pas empêchée de rester une esclave des années durant, mais chaque jour, ça m’aide à me sentir plus forte.
Chaque jour, ça m’aide à briser mes chaînes, maillon après maillon. »

Lire la suite de « Toutes blessent la dernière tue. »

Possession.

« Tu pourrais presque sentir les choses-qui-poussent se faufiler entre tes doigts de pied. » 

Auteur : Paul Tremblay.

Editions Sonatine.

Date de parution : 22 mars 2018

328 Pages.

Prix : 21 €

Résumé :

La famille Barrett mène une vie ordinaire à Beverly, une banlieue tranquille de Boston, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de quatorze ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des évènements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision qui leur propose de suivre les événements en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, du jour au lendemain, elle est interrompue sans explication. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

Mon avis :

Meredith dit Merry va nous raconter l’histoire de sa vie, plus précisément de son enfance mais surtout de sa famille. Merry à 8 ans lorsque sa grande soeur, Marjorie, commence à avoir un comportement étrange, presque satanique. Leur père, John, au chômage depuis bien trop longtemps, s’engouffre dans une fascination maladive pour la religion alors quand Marjorie dit entendre des voix dans sa tête, celui-ci pense instantanément qu’elle est possédée par Satan. Entre tout ça, Sarah, la mère de famille qui se laisse sagement porter par les lubies de son mari. Alors que le comportement de Marjorie devient de plus en plus incohérent, le fanatisme de son père monte en puissance (référence plus que prononcé à Jack Nicholson dans Shining). Un flot d’évènement sur-réaliste va se produire, plongeant la famille dans l’horreur. Jusqu’à ce que tout prenne son sens.

En plus de sa couverture flippante, le premier livre de Paul Tremblay  va vous donner froid dans le dos. L’auteur a une trame à son histoire, il sait de quoi il parle et cela se ressent. Quand Paul Tremblay décide de faire dans l’horrifique, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. De nombreuses scènes incroyables pourraient vous empêcher de fermer l’oeil durant la nuit. Si tout comme moi, vous êtes férus de films d’horreur, alors vous serez servie, parce que de nombreuses références sont faites dans ce livre. Notamment avec l’Exorciste de William Friedkin dont l’auteur fait de multiples fois allusions. Mais aussi des références plus subtiles qui ont probablement inspirés l’auteur. Spécialement dans la scène de la cabane où je me suis imaginé dans un des films de Oren Peli (Paranormal activity) avec une touche de M.Night Shyamalan (Le sixième sens). On ressent aussi l’influence de Gore Verbinski dans les créations/descriptions de personnages à des instants T de l’histoire. Pour tout avouer, j’ai été totalement subjuguer par cela. J’aime qu’un auteur, qui aborde un thème ou un sujet particulier, ait fait les recherches nécessaires pour étayer ses propos. Et puis qu’on se le dise, de nos jours, la littérature horrifique est beaucoup trop méconnue.

Outre la thématique du livre, je me suis complètement laissé happé par la façon qu’a Paul Tremblay de nous faire ressentir différents émotions par rapport à ses personnages. J’ai été instantanément prise d’affection pour le personnage de Merry, tant pour la Merry enfant, que pour la Merry adulte. Sa fragilité l’a rendue touchante et tellement attachante. Et en même temps, la fillette et la jeune femme qu’elle devient reste d’une force et d’un courage sans égal. Ce personnage restera assurément gravé dans ma mémoire. J’ai été troublée par le personnage de Marjorie, complètement immergé dans les doutes que celle-ci ne cesse de me faire ressentir tout du long de ma lecture. La mère des deux filles m’a fait ressentir énormément de compassion. J’ai eu énormément d’empathie pour cette femme en plein désarrois. Et enfin, le père, John, que je n’ai pas réussi à cerner totalement, parfois fou, parfois lâche. Je reste avec un avis très mitigé quand a ce personnage, mais en même temps, je n’aurai pas désiré de le voir façonner autrement. 

J’aimerai également vous parler de la subtilité déconcertante dont Paul Tremblay a réussi à faire preuve dans son ouvrage. Ce livre d’horreur selon toute vraisemblance, se transforme avec agilité en thriller déconcertant qui vous laissera complètement désemparé à la fin de votre lecture. Mais aussi en ajoutant un sujet primordial dans notre société d’aujourd’hui, le voyeurisme. Paul Tremblay aborde ce thème notamment avec l’immersion des caméras dans la vie de la famille Barrett lors de la réalisation du Réality TV Show, forçant le lecteur à se poser de nombreuses questions sur le côté malsain de suivre des gens au quotidien sans aucun instant de répit. J’ai été a de nombreuses reprises gênée par cette immersion dans l’intimité de cette famille.

Ce qui est pour moi le clos du spectacle, reste cette fin complètement déstabilisant à laquelle on ne s’attend pas. C’est un coup de massue. Le dénouement est là, les révélations sont dites, et on pense avoir le fin mot de cette histoire incroyable. Ce fin mot qui déjà vous laisse completement perdu, complètement désemparé. Mais ce n’est pas tout, bien au contraire. L’auteur ne nous épargne pas puisque les deux pages finales du livre, offre un rebondissement auquel personne n’aurait pensé. Je peux dire sans aucune honte que je suis subjugué par le style de Paul Tremblay, que possession va rester un petit moment dans mon esprit. 

Pour finir, j’ai ressenti un besoin presque viscéral de suivre cet auteur avec une assiduité non feinte. Lorsque j’ai refermé ce livre, la première chose que j’ai faite, fut de faire quelques recherches au sujet de cet homme. A mon grand regret, « Possession » n’est que la première oeuvre de Paul Tremblay paru en France, mais il est certain que je vais suivre ses prochaines parutions. Car celle-ci est pour moi un gros coup de coeur.

Pour un selfie avec lui.

Auteur : Sam Riversag. 

Editions : Autopublié en Ebook format Kindle.

Date de parution : 6 mai 2017.

229 Pages.

Prix : 0,99 €

Résumé :

Mary a tout pour être heureuse. Elle est rédactrice dans un tabloïd anglais et son petit ami est l’homme idéal, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il la trompe et se retrouve brutalement dans une autre dimension. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même. Elle sera une femme livre, sans contraintes, ni belle-mère. Mais voilà que le félin demande son pardon. Et puis quoi encore ? Que feriez-vous à sa place ? Comment régler à la fois ses problèmes sentimentaux et professionnels quand votre meilleure amie n’arrête pas de vous mettre dans la panade avec les meilleures intentions du monde ? Mary ne peut que se transformer en guerrière ninja pour résister à ce tsunami. Et si la solution à tous ses problèmes venait de l’acteur Benedict Cumberbatch, la super star de la série qui bat tous les records de popularité sur la planète ?

Mon avis :

Avant tout, je tenais à remercier l’auteur pour m’avoir fait confiance, et m’avoir envoyé son livre pour que je puisse vous donner mon avis par la suite. Malheureusement, ça ne l’a pas vraiment fait avec moi. Habituellement j’aime la Chick-lit mais à dose légère, j’ai cru en celui-ci car le pitch de départ me faisait bien envie et me promettez quelque chose d’assez fun. Finalement, je n’ai pas été ouverte au type d’humour de l’auteur et j’ai été grandement agacé par ces personnages. Enfin, je vais vous dire cela plus explicitement.. Commençons par dresser le tableau.

Nous suivons Mary, une jeune femme qui vit une vie paisible avec son petit-ami, Simon. Mary travaille dans un journal où elle rédige des chroniques sur la cuisine. Un milieu qui lui plaît, bien que le sujet de ses chroniques ne soit pas totalement à son goût. Jusqu’au jour où Mary, qui rentre plus tôt du travail surprends Simon au lit avec une autre femme. Ni une, ni deux, Mary le met dehors. Et c’est là que pour moi, ça a été très compliqué. 

Alerte SPOILE !

Mary passe la globalité du livre à se mettre, se remettre, et se séparer de Simon. Et je dois dire que cela m’a profondément agacé ! J’ai eu envie de commettre un meurtre à de nombreuses, très nombreuses reprises. Je dois l’avouer. Le personnage de Mary est naïve, beaucoup trop à mon goût. J’espérais rencontrer une jeune femme indépendante et ça a été tout le contraire. Beaucoup de choses m’ont dérangés mis à part son indécision face à son « ex » petit-ami. A certain moment, j’ai eu le sentiment que le personnage de Mary, apparaissait comme une femme vénale, notamment lorsqu’elle décide de reprendre son « ex » petit-ami car je cite : Celui-ci lui demande pardon en lui offrant une bague de fiançailles de un carat et que puisque la bague fait un carat, ça ne se refuse pas. Grosso-modo, c’est comme ça que j’ai interprété ce chapitre du livre. Je dois dire  qu’instantannément, le personnage de Mary m’est apparu comme complètement antipathique. Ensuite lorsque celle-ci apprend que Simon l’a trompé, il ne lui faut que deux minutes pour tomber amoureuse d’un acteur de série (rien qu’en regardant un épisode) et se dire qu’elle a complètement oublié son ex.

Pardonnez-moi, mais j’ai commencé à perdre grandement patience. Cependant j’ai tenu le coup. L’auteur m’avait fait confiance et je tenais à être respectueuse en allant au bout de ma lecture et peut-être finir par être agréablement surprise par la suite/fin du livre. 

Ensuite dans le genre situation tirée par les cheveux, on se retrouve dans une scène sur-réaliste, où le petit-ami (Simon) se met à étrangler la mère de Mary, parce que celle-ci devient trop envahissante. Et tout à fait normalement, Mary pousse poliment sa mère à quitter l’appartement. Pitié ! Dites-moi que si demain, votre mec, qui vous a fait cocue un nombre incalculable de fois, se met à étrangler votre mère, vous le virer de chez vous, non ? Suis-je la seule à réagir de la sorte ? 

Le dernier point qui a été le plus compliqué pour moi, a été ses changements de temps en plein chapitre. D’un coup, votre personnage principal parle au présent puis subitement au passé en réalisant des flashbacks alors que vous ne vous y attendez pas. J’étais surprise et cela m’a dérangé durant ma lecture. En plus de l’emploi de la première personne. 

Cependant malgré tout ça, plusieurs choses m’ont plus dans ce livre. Notamment la problématique du travail de Mary. Celle-ci rencontre un problème au boulot, quelqu’un lui met des bâtons dans les roues, et j’ai adoré comment le sujet été abordé. J’aurai aimé que cela prenne une plus grande part dans le roman, cependant c’est ce qui m’a permis de tenir ma lecture jusqu’au bout. Ensuite l’écriture de Sam Riversag est fluide, légère, simple et agréable ce qui vous permet de dévorer le livre assez rapidement. Pour toutes les personnes désirant une lecture légère, sans prise de tête alors ce court roman est fait pour vous. Un peu de chick-lit avec une dose d’humour (qui ne plaît pas à tous) mais qui peut plaire à un grand nombre. 

Une autre histoire.

Auteur : Sarah J.Naughton.

Editions Sonatine.

Date de parution : 8 mars 2018.

416 Pages.

Prix : 21€

Résumé :

Un père violent, une mère soumise : dés qu’elle en a eu l’occasion, Mags a fui l’Angleterre. Avocate à Las Vegas, elle revient pour la première fois à Londres lorsqu’elle apprend que son frère, Abe, victime d’un accident, est dans le coma. Là, elle a la surprise de rencontrer sa petite air, Jody, dont elle ne connaissait pas l’existence. Elle est plus surprise encore quand Jody, inconsolable, lui révèle qu’il ne s’agit pas d’un accident mais d’un suicide. Mais, peu à peu, la version de Jody semble présenter d’étranges incohérences. Dit-elle toute la vérité ? Est-elle vraiment la petite amie d’Abe ou une experte en manipulation ?

Mon avis :

Les parutions d’Avril 2018.

A défaut d’être capable de faire des bilans de lecture chaque mois, je suis quelqu’un de très à jour sur les parutions à venir. Comme vous le voyez, j’ai plus de régularité dans mes futurs « éventuels » achats que dans le bilan. Bon, vous n’allez pas m’en vouloir, d’autant plus que le mois dernier, cet article avait fait de nombreux heureux. Oui, oui. J’ai bien vu que bon nombre d’entre vous avez rallongé leur wishlist grâce ou à cause de moi. J’espère que ce sera encore le cas bien que le mois d’avril soit moins fournis que le précédent. Surtout n’hésitez pas à me dire si certain de ces livres vous font envie et si vous en avez qui ne font pas partie de ma liste, qui vous tente beaucoup.

Le 5 Avril :

Corrosion.6703-cover1-corrosion-5a5dd25f42700

Un vétéran d’Irak au visage mutilé tombe en panne au milieu de nulle part et se dirige droit vers le premier bar. Peu après, un homme entre avec une femme, puis la passe à tabac. L’ancien soldat défiguré s’interpose, et ils repartent ensemble, elle et lui. C’était son idée, à elle. Comme de confier ensuite au vétéran le montant de l’assurance-vie de son mari qui la bat. Ce qu’elle n’avait pas réalisé, c’était qu’à partir de là, elle était déjà morte.

 

Soeurs.CVT_Soeurs_5145

Un cauchemar écrit à l’encre noire.

 

Le nom des étoiles.Le-nom-des-etoiles

Pete Fromm a une quarantaine d’années, deux beaux garçons, une vie splendide en plein cœur du Montana. Son passé de ranger et d’emplois saisonniers dans les espaces les plus sauvages des États-Unis est derrière lui, il est désormais père de famille. Un jour, on lui propose de partir s’installer un mois dans une cabane perdue au cœur de la Bob Marshall Wilderness. Dans cette région, qui abrite l’une des plus fortes densités de grizzlys des États-Unis, il devra surveiller la croissance d’alevins dans la rivière. La nature et le goût des grands espaces, sont-ils conciliables avec les responsabilités familiales ? Non, pense-t-il, oui, répond sa femme, un mois passe en un éclair, pars. Plus de vingt ans après son séjour à Indian Creek, voici Pete Fromm au seuil d’une nouvelle aventure en solitaire.

La saison des feux.41WMpvB7XML

Entre ses deux boulots, ses enfants et sa mère qui perd la tête, la vie n’est pas toujours facile pour Maisie. Mais, depuis qu’elle s’est décidée à quitter son mari violent, cette Irlandaise au caractère bien trempé retrouve peu à peu le chemin du bonheur. Jusqu’au jour où son fils Jeremy disparaît mystérieusement avec son meilleur ami.
Que s’est-il passé le soir du 1er janvier ? Avec l’aide de Fred, son chevalier servant, et de Lynn, sa fidèle amie, Maisie tente de reconstituer le fil des événements. Dans ce quartier populaire des environs de Dublin, chacun affronte les coups du sort avec humour et ténacité. Mais le terrible secret qu’elle va découvrir bouleversera à jamais le cours de sa vie.

 

Le 12 avril :

Du côté du bonheur.71If905mvuL

Entre ses deux boulots, ses enfants et sa mère qui perd la tête, la vie n’est pas toujours facile pour Maisie. Mais, depuis qu’elle s’est décidée à quitter son mari violent, cette Irlandaise au caractère bien trempé retrouve peu à peu le chemin du bonheur. Jusqu’au jour où son fils Jeremy disparaît mystérieusement avec son meilleur ami.
Que s’est-il passé le soir du 1er janvier ? Avec l’aide de Fred, son chevalier servant, et de Lynn, sa fidèle amie, Maisie tente de reconstituer le fil des événements. Dans ce quartier populaire des environs de Dublin, chacun affronte les coups du sort avec humour et ténacité. Mais le terrible secret qu’elle va découvrir bouleversera à jamais le cours de sa vie.