La maison.

« Dans cette ville, tout est différent et pourtant rien n’a changé. Les graffitis sont plus sombres, plus sales, la pourriture plus enracinée. Une odeur qui persiste, un pansement imprégné de pus, une humeur rouge et infectée qui s’écoule de son cœur purulent. »

 

Auteur : Vanessa Savage

Editions de La Marinière.

Date de parution : 7 Fevrier 2019.

448 Pages

Prix : 22,90 €

Résumé :

La maison où Patrick a passé toute sa jeunesse n’est pas une demeure comme les autres. Quinze ans plus tôt, elle a été le théâtre d’un drame inconcevable : toute une famille y a été retrouvée, massacrée. Cela n’empêche pas Patrick de conserver le souvenir de moments irremplaçables dans ces lieux, comme seule l’enfance sait en créer. Il décide de la racheter.
Sa femme, Sarah, leurs deux enfants, s’y installent à contrecoeur. L’atmosphère qui colle à la maison, son trouble mystère, oppresse Sarah. Ses psychoses reprennent, de plus en plus sombres. Et Patrick n’est plus le même. Son comportement se modifie peu à peu. La tension monte.
Patrick et Sarah sauront-ils résister à cette infernale spirale du doute et de l’enfermement ? Et jusqu’où les entraînera-t-elle ?

Mon avis :

Cette semaine, je vais vous parler d’un excellent roman que j’ai terminé durant le week-end. Vanessa Savage débute dans l’écriture avec un roman suffisamment noir pour vous donner froid dans le dos. Encore une fois, je n’ai pas lu la quatrième de couverture avant de commencer ce roman, j’y suis allé a l’aveuglette. J’ai donc tout d’abord imaginé un roman un peu fantastique mais j’ai très vite changer d’avis. 

Ici, nous suivons une famille celle de Patrick et Sarah qui après de nombreux tumulte décide de reprendre leur vie en main en déménageant dans la maison d’enfance de Patrick. Mais rien ne va se passer comme prévu. Le passé peut-il être mis de côté quand celui-ci est omniprésent ? 

L’intrigue se tient. Que dis-je, elle est saisissante. Une ambiance pesante, une maison angoissante qui dissimule de très nombreux secrets. Tenue en haleine a chaque retournement de page, il est impossible au lecteur de lâcher son livre, même pour quelques minutes. Car une seule idée persiste, celle de connaître enfin le fin mot de cette histoire. 

Vanessa Savage est doué, très doué même. Chacun de ses personnages a sa place, ils sont façonnés dans un but précis, celui d’intriguer le lecteur. Le personnage de Sarah est ambivalent. Elle donne à la fois le sentiment d’être la personne la plus censée du roman, et en même temps, la plus instable. C’est assez déstabilisant car on ne sait pas si on peut se fier à elle. Et ça pendant les trois quarts du roman. Patrick, lui, n’inspire rien de bon, manipulateur et pervers. Je ne l’ai pas aimé dés le début du livre sans vraiment en avoir de bonnes raisons. Quant aux autres protagonistes, on les sent instable, beaucoup trop même. Pour moi, lectrice, ça a été déstabilisant car comment savoir à qui me fier ?!

Mais l’auteur retourne la situation à la perfection, nous baladant sans en ressentir aucune gêne. Peu à peu, différentes révélations font leurs apparitions, démontrant la profondeur des différents personnages et permettant à l’histoire de prendre tout son sens.

Un roman psychologique haletant rédigé avec fluidité qui retourne le cerveau de son lecteur. C’est clairement un coup de coeur. Un livre sombre qui a su me captiver du début à la fin.

4 commentaires sur « La maison. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s