Ne les crois pas.

« La vérité, c’est qu’il n’existe qu’une seule personne au monde qui ait le pouvoir de nous réduire à néant. Et cette personne, c’est soi-même. »

Auteur : Sebastian Fitzek.

Editions Le livre de poche.

Date de parution : 18 Mai 2011.

414 Pages

Prix : 7,10€

Résumé :

« Ils te diront que le suis morte ! »

Yann May, célèbre psychologue berlinois, est au téléphone avec Leoni, sa fiancée. La liaison est mauvaise, hachée. Toutefois, il l’entend dire: « Ne les crois pas. Quoi qu’ils te disent, ne les crois pas…» Alors qu’il est encore en ligne, un policier sonne et lui annonce la mort accidentelle de Leoni, une heure plus tôt… Quoi qu’ils te disent… Huit mois ont passé. Ira Samin, une psychologue de la police, a décidé d’en finir. Mais, alors qu’elle s’apprête à passer à l’acte, un de ses collègues vient la chercher pour l’emmener dans une station de radio. Un forcené s’est retranché dans un studio et menace d’abattre un à un ses otages. … ne les crois uni ! Ira est chargée de mener les négociations. Bien vite, elle comprend que Yann a tenté ce coup de poker pour retrouver Leoni, qu’il refuse de croire morte. Et il est vrai que certains de ses arguments sont troublants…

Mon avis :

Quand tu ouvres un premier livre et que ça ne le fait pas, que le second non plus et que le troisième encore moins, tu sais que ton unique solution est de sortir une valeur sûre.

SEBASTIAN FITZEK 

 

« Ne les crois pas » est le second roman de Sebastian Fitzek. Et encore une fois, pas manqué. Quoi de mieux pour se remettre d’une panne de lecture que de lire Fitzek. 

 Nous allons suivre Yann May qui a vu sa femme disparaitre du jour au lendemain avec un message simple « Ne les crois pas ». Trop de mystère pour cet homme qui va remuer ciel et terre pour comprendre ce qui est arrivé à la femme de sa vie. Allant jusqu’à prendre en otage un studio de radio afin d’obtenir des réponses. Et les réponses que Yann va obtenir ne vont pas manquer de surprendre le lecteur. 

Sébastian Fitzek nous emporte dans un huis clos oppressant, qui au fil du temps va être de plus en plus insupportable à vivre. Tant pour les personnages que pour le lecteur. Et quel personnage, des personnages comme vous et moi avec un réalisme et une part d’humanité comme on en voit tous les jours. Des personnages qui ne sont ni parfait, ni infaillible mais qui rendent le déroulement de l’enquête très intriguant.

Le plus grand talent de Sébastian Fitzek est d’avoir une habileté toute particulière avec le côté psychologique de ses thrillers. A chaque lecture, on ressent une part psychologique parfaitement travaillée qui ne manque de ficeler l’intrigue avec doigté. Des rebondissements associés à un suspense redoutable, des révélations qui ne manqueront pas de vous laisser sur le carreau. Avec toutes les chroniques que j’ai réalisé sur les livres de cet auteur, je ne sais pas comment je pourrais vous convaincre de le lire sans attendre. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s